Monetisaction Rentabilisez votre site web

1Juil/130

Stop au Negative branding, autres cas.

Quelques précisions sur le Negative Branding.

Le sujet ayant été plébiscité, voici quelques précisions sur le Negative Branding. Dans quels autres cas peut on déprécier sa marque? Quelle différence avec un bad buzz? Nous commencerons par ce second point. Le bad buzz est généralement produit à ses dépends par la marque elle même, cela peut être à l'occasion d'une action que la marque entreprend mais également un mauvaise réaction d'une marque par rapport à un événement qui la touche. Il n'y a donc pas de partenaires tiers qui dégrade l'image de la marque à ses dépends, c'est la marque elle même qui est à l'origine de ce buzz. Voici deux cas d'école : l'affaire Steve Mann chez Mc Donald en 2012 et l'affaire Cora Mondelange en 2011.

Comme ne pas faire fausse route en évitant le negative branding.

Sens interdit par Sylvain Naudin CC Flickr

Les autres formes de Negative Branding :

Nous avions précédemment évoqué les parties emailing et display, quelques précisions sur le Negative Branding et spécifiquement en ce qui concerne deux thématiques

L'emailing

qui est assez éphémère mais sollicite une action directe de la part de l'internaute pour s'en débarrasser (clic de suppression), désabonnement et qui, la plupart du temps, ne donne pas le nom de la société qui marchande votre adresse mail.

le display

Le display quant à lui est plus passif mais est généralement plus prolongé tant les campagnes peuvent être déployées à la fois sur plusieurs sites mais également sur des périodes plus longues.

Dans cet article, nous allons évoquer une autre forme de negative branding lié au display, le retargeting. 

Autre cas de Négative Branding : Le retargeting

Technique controversée mais efficace, le retargeting connait de belles progressions alors que le marché du display souffre et ce malgré un avenir incertain. Puissant s'il n'est pas mal utilisé, le retargeting génère toutefois un fort sentiment de paranoïa chez l'internaute, le plus souvent, l'internaute ne comprends pas comment on parvient à le "retrouver", c'est ce qui peut alors générer un rejet de la marque. Quelle solution dans ce cas?

1) Limiter la durée de vie du cookie, le retargeting joue en partie sur sur l'achat d'impulsion, autant se dire que passé un certain délais sans achat, il ne sert plus à rien de recibler un internaute, il est perdu.

2) Limiter le nombre d'affichage des publicités, la durée de vie du cookie est un bon paramètre mais si l'internaute passe sa vie sur le web et qu'il ne clique pas, il en résultera une baisse des performances de clic de la campagne et un agacement profond chez l'internaute.

3) Si la personne que vous reciblez s'est identifié sur votre site, profitez-en pour marquer le cookie avec ses autres centres d'intérêt, si le retargeting classique ne fonctionne pas, reciblez-la sur un autre centre d'intérêt.

Avec le retargeting, il faut être prudent car vous comme expliqué précédemment, vous agacerez deux fois plus l'internaute avec vos publicités et qui le suivent partout et toujours pour la même marque.

A la différence de l'emailing pur, l'email retargeting ne rentre pas dans cette catégorie dans la mesure où il est sensé être ciblé sur un centre d'intérêt de l'internaute.

 

Deuxième cas de Negative Branding : la video en splash screen.

Le plus souvent, ce genre de publicité n'est pas skippable dès le début, il y a un compte à rebours qui permet de passer la pub au bout de quelques secondes, dans d'autres cas, il n'y a simplement pas de bouton pour réduire/clore le splashscreen et dans certains autre cas encore, le bouton de clôture du splash screen est carrément "caché", en bas à droite ou à gauche, voir même au dessus de la vidéo sur un fond transparent...On pourrait presque parler de cas d'école du negative branding...

Avec ce genre de dispositif, vous êtes certains d'agacer les internautes et de générer du mécontentement. On peut citer Youtube en exemple qui affiche toujours son fameux "ignorer l'annonce" en bas à droite.
Conclusion : encore une fois, essayez d'informer l'internaute plutôt que de le matraquez, le reciblage est déjà sujet à discussion tant certains internautes sont dans l'incompréhension totale des mécanismes du retargeting et du cookie d'opt out, essayez de ne pas en plus y ajouter un trop grand volume d'impression! 😉

En ce qui concerne les vidéos, si vous voulez faire installer adblock plus aux internautes, le negative branding est le meilleur moyen d'y parvenir alors soyez fair et laissez toujours le choix à l'internaute.

Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Share on Facebook
Facebook
Email this to someone
email

Cet article vous a plu? Parlez en autour de vous...

Posted by Romain

Commentaires (0) Trackbacks (0)

Aucun commentaire pour l'instant


Leave a comment

Aucun trackbacks pour l'instant